Bzz Bzz Bzz

Photographie Groupe La Poste

Sur la place Antonin Poncet, chaque jour, chacun veille à l’environnement. Les abeilles y participent. Sur le toit de la Poste, depuis quelques mois, des ruches sont installées.
Qui l’aurait-cru ?
Et bien, les usagers de la place l’ont deviné !
N’hésitez pas à nous contacter pour déguster ce miel : [email protected]

www.laposte.fr

Lien vidéo : Les Amis de la place Antonin Poncet : Bzz Bzz Bzz et Les Amis de la place Antonin Poncet : Bzz Bzz Bzz – Vidéo avec sous-titres

Comme dans un rêve



Et si nous vivions dans un monde où chacun participerait à l’entretien des espaces publics… Un monde dans lequel chacun ramasserait ses déchets… Un monde dans lequel chacun déposerait son mégot dans une corbeille…
Les usagers de la place Antonin Poncet ont été interrogés à ce sujet et ont tous opté pour le meilleur des mondes !
Ensemble découvrons l’EURO 2016 !

Lien vidéo : Les Amis de la place Antonin Poncet et l’EURO 2016 et Les Amis de la place Antonin Poncet et l’EURO 2016 – Vidéo avec sous-titres

Livraison gratuite en moins d’une heure !

Comme vous le savez, le MONOP’ Bellecour est membre de notre association et soutient notre action citoyenne de valorisation de la place.
La sympathique équipe de Teddy Bauer nous accueille du lundi au samedi de 7h30 à minuit et le dimanche de 8h30 à 13h.

Les livraisons à domicile sont gratuites à partir de 50€ d’achat dans un périmètre d’un kilomètre autour du magasin.

Profitons-en !

https://www.monoprix.fr/monop-lyon-bellecour-lyon-69002-s

« C’est l’Hôpital qui se fiche de la Charité »


Armoiries de l’Hôtel Dieu (à gauche) et Armoiries de La Charité (à droite)


Cette expression se dit lorsque quelqu’un blâme un autre d’un défaut qu’il possède lui-même. Selon Nizier du Puitspelu, le Littré de la Grand’Côte, (1894), entrée « HÔPITAL ».
A partir du XVIIe siècle, spécificité lyonnaise, il existait à Lyon, à 300m l’un de l’autre, deux Hôpitaux Généraux : l’Hôpital de l’Hôtel-Dieu et l’Hôpital de la Charité, qui abritait surtout des indigents. Les faits montrent qu’il y avait une rivalité certaine entre ces deux établissements, même sur le plan architectural, d’où de probables critiques de l’un vis-à-vis de l’autre et vice-versa. C’est de là qu’est née l’expression : « c’est l’hôpital qui se fiche de la charité ».
Lien video: Les Amis de la place Antonin Poncet et l’hôpital de la Charité et Les Amis de la place Antonin Poncet et l’hôpital de la Charité – Vidéo avec sous-titres

Le dôme place Antonin Poncet



La 14ème Biennale de Lyon se tiendra du 20 septembre 2017 au 7 janvier 2018 à la Sucrière et au mac de LYON. La Biennale s’exposera également en plein centre ville sur notre place. L’oeuvre emblématique de Buckminster Fuller issue des collections du Centre Pompidou, « Radome » (1957), présente une architecture géodésique qui abritera « clinamen v2 » oeuvre sonore de Céleste Boursier-Mougenot. Ce dialogue exceptionnel entre les œuvres de deux grands artistes proposera une expérience unique. Ce 3ème lieu gratuit, ouvert et plein de poésie, s’offrira aux passants dès le 20 septembre et jusqu’au 5 novembre 2017.

Notre association est heureuse, à cette occasion, de compter la Biennale de Lyon parmi ses membres. Retrouvez toute la Biennale sur www.biennaledelyon.com

En savoir plus sur Antonin Poncet…


Source Archives de Lyon – 3C390 : Antonin Poncet

Antonin Poncet (1849-1913) eut une carrière considérable.
Né en 1849 à Saint-Trivier-sur-Moignans (Ain), il devint Docteur en médecine en novembre 1876, et se présenta en 1876 au concours de chirurgien-major de la Charité, mais ne fut pas retenu. Par contre le 30 juin 1879, il fut reçu au concours de chirurgien-major de l’Hôtel-Dieu, à l’âge de trente ans. Nommé agrégé de chirurgie au premier concours de la nouvelle Faculté de Lyon en 1878, il fut chirurgien-major l’année suivante, avant d’être nommé professeur de clinique chirurgicale.

Il fut le chef de file des vulgarisateurs de l’aseptie et, après un voyage chez Joseph Lister en 1881, fut convaincu par ses idées, et sut faire comprendre à l’Administration la nécessité d’une salle d’opération moderne, qu’il put utiliser dès 1889 : sol en ciment, pas d’angle mort, pas de placards, mais des étagères en verre et des meubles en métal. Le modèle du genre.

Il fut mis en vedette lors de l’attentat contre le Président Sadi Carnot, le 24 juin 1894, où avec l’aide de Louis-Léopold Ollier, il tenta sans anesthésie une laparotomie avec tamponnement ; cette opération rapide ne put pourtant venir à bout d’une lésion comportant une plaie de la branche droite de la veine porte. Il succéda à Léon Tripier comme professeur de médecine opératoire et de clinique chirurgicale à la Faculté de médecine de Lyon, et vulgarisa la méthode antiseptique. Poncet fut un important chef d’école, maître de René Leriche, perfectionnant particulièrement la chirurgie du corps thyroïde, de l’hypertrophie prostatique (cystotomie suspubienne en 1888), et du rétrécissement de l’urètre (urètrostomie périnéale). Il couronna son œuvre scientifique par l’identification du rhumatisme tuberculeux, qui suscita bien des oppositions, mais fut finalement reconnu comme une entité.

Nombreux sont ceux de ses assistants qui menèrent de brillantes carrières : Alexis Carrel, René Leriche, Léon Bérard, Xavier Delore, Louis Dor…

Il décéda subitement, le 15 septembre 1913, à Culoz dans la maison qu’il avait fait restaurer et dont sa femme, Louise Tendret, avait hérité en 1895 de Lucien Tendret, son père, avocat à Belley.

Lien video : Connaissez-vous Antonin Poncet ? et Connaisez-vous Antonin Poncet ? Vidéo avec sous-titres