Où se trouvait la morgue de l’hôpital de la Charité ?

www.embaumements.com/culture/la-morgue-flottante-de-lyon.html
Dessin de Ludivine Stock, Les rues de Lyon N°08 – La morgue flottante, par Ludivine Stock, édition L’épicerie séquentielle 2015 – http://ludistock.blogspot.fr
Il s’agissait d’une morgue flottante partagée avec l’Hôtel-Dieu. L’histoire de ce bâtiment débute avec l’arrêté préfectoral du 21 juin 1850 autorisant la municipalité à établir une morgue sur une platte, c’est-à-dire un bateau-lavoir, amarré sur la rive droite du Rhône en aval de l’Hôtel-Dieu. Il s’agit de pallier la fermeture en 1842 du dépôt mortuaire de l’église Saint-Paul suite aux plaintes répétées du voisinage. Seul subsiste alors le dépôt de l’Hôtel-Dieu, lui-aussi contesté car dépourvu d’appareil permettant d’arroser continuellement les corps. Au contraire, la nouvelle morgue permet l’installation aisée d’un système d’arrosage permanent. Ce moyen de conservation des corps, simple mais efficace, est défendu quelques années plus tôt par Alphonse Devergie pour la morgue de Paris. Dans un rapport de 1832, il propose de faire établir une robinetterie fermée à la tête de chaque table, à une hauteur de deux ou trois pieds. La première morgue lyonnaise ainsi créée connaît pourtant une courte durée de vie puisqu’une crue l’emporte dans la nuit du 21 au 22 août 1852. Pendant plusieurs mois, la municipalité doit donc se contenter du seul dépôt de l’Hôtel-Dieu, elle n’a d’ailleurs à sa disposition que l’une des deux tables en pierre de la salle mortuaire.
Le second bâtiment est inauguré le 3 octobre 1853 au même endroit que le précédent c’est-à-dire en aval de la culée du pont de la Guillotière, alors que la crue avait révélé le danger d’un tel emplacement.
Et en 1910 la morgue rompait à nouveau ses amarres…